Pèlerinage à Rome 2011

Voici le classeur de toutes les photos de ce pèlerinage à Rome

 Pour télécharger tout ou partie de ces photos, vous êtes invités à accéder au classeur (voir ci-dessus)

Si vous avez des difficultés vous pouvez aller sur une petite procédure qui vous aidera

______________________________________________________________________________________

HOMELIE SUR L’APÔTRE PIERRE

Jean-Pierre cardinal RICARD Archevêque de Bordeaux
Saint Jean-de-Latran – Vendredi 11 novembre 2011
Chers amis,
Vous avez remarqué que le passage de l’Évangile que nous avons entendu aujourd’hui se termine par ces mots : « Viens, suis-moi ». Ce sont les dernières paroles du Christ à Pierre. Elles avaient aussi été les premières, quand Jésus avait demandé à ce pécheur de Galilée de tout quitter pour le suivre et devenir un pécheur d’hommes.
Toute la vie de Pierre est comme aimantée, animée de l’intérieur, orientée par cet appel du Christ : « Suis-moi ». Cet appel, on le trouve aujourd’hui dans la vie de ceux qui ont choisi le chemin du ministère apostolique ou de la vie religieuse. Il prend alors une coloration particulière. Mais cet appel est fondamentalement celui que le Christ adresse à tout baptisé.
Vivre sa vie chrétienne en baptisé, c’est vouloir suivre le Christ et prendre avec lui le chemin de l’Évangile. Regardons avec Pierre ce que cela comporte. La vie de Pierre dessine une triple exigence : l’amour, la conversion, le témoignage et le don de soi. Ce qui est au coeur de la vie de Pierre, c’est une amitié profonde, son amitié avec Jésus de Nazareth. Cet homme l’a marqué, l’a impressionné, l’a éclairé. Il a découvert qu’il était le Messie de Dieu, le Fils bien aimé du Père. Il est entré dans l’intimité de son amitié. Il faisait partie de ces trois disciples qui étaient avec Jésus sur la montagne au moment de la transfiguration et au Jardin des Oliviers. Certes, il a trahi cette amitié quand il a renié son maître dans la maison du Grand Prêtre. Mais il en a pleuré amèrement. Et Jésus lui a pardonné. Par trois fois, le Ressuscité questionne Pierre sur son amitié : « Pierre, m’aimes-tu ? » et Pierre répond « Seigneur, tu sais bien que je t’aime ». Et c’est parce qu’il aime qu’il peut être le pasteur des brebis du Christ, non pas un mercenaire mais un bon berger à l’image de celui qu’il aime, le Bon Pasteur, le Christ.
Je crois qu’on n’est pas encore entré dans l’expérience chrétienne tant qu’on ne vit pas cette relation d’amitié avec le Seigneur. Entendons ce soir le Seigneur nous poser à chacun cette question : « M’aimes-tu ? ». Puissions-nous répondre personnellement du fond du coeur. Mais Pierre nous montre aussi que suivre le Christ, c’est accepter de nous convertir, de changer notre façon de voir, de penser et de vivre pour être fidèles à l’Évangile. Pierre a du se convertir à la Parole de Jésus. Il a résisté. Il avait sa propre représentation du Messie et voulait que Jésus entre dans ses vues. Or c’est lui qui doit accepter de se convertir aux vues du Christ. Nous aussi, nous pouvons avoir la tentation d’annexer le Christ, la religion, L’Église pour justifier nos idées, nos habitudes, notre façon de vivre. Acceptons, comme Pierre, de nous laisser questionner par l’Évangile. Il y a toujours quelque chose qui n’est pas encore évangélisé dans notre vie, quelque chose à changer.
Que l’Esprit Saint nous éclaire et nous montre par quel chemin il nous appelle à passer.
Enfin, Pierre nous montre que suivre le Christ, c’est accepter de témoigner de lui dans notre vie de tous les jours. Tout disciple est appelé à être témoin : « Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie » (Jn 20, 21). Le Christ nous communique l’Esprit pour que nous témoignions de lui autour de nous, à la fois par nos paroles et nos actes, à la fois personnellement mais aussi solidairement en Eglise. Saint Pierre dans sa première épître nous dit : « Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous à quiconque vous le demande » (1 Pi 3, 15). Sommes-nous prêts à risquer une parole de foi ? Aujourd’hui, il faut un certain courage pour témoigner de sa foi. Les jeunes le ressentent très fortement. Mais, il faut aussi témoigner par l’engagement de sa vie. Il faut s’offrir soi-même au Seigneur comme Saint Paul le demande aux chrétiens de Rome : « Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu: c'est là le culte spirituel que vous avez à rendre. Et ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait ».
Pierre a offert sa vie. Il a témoigné de son attachement au Christ jusqu’au don de sa propre vie. A Rome, nous avons eu l’occasion d’évoquer le martyre de Pierre. N’oublions pas que ce qui fait la grandeur de Rome, c’est la ville du martyre de Pierre et de Paul. Quand les évêques viennent faire leur visite « ad limina », ils viennent faire leur visite « ad limina apostolorum », c’est d’abord auprès de la tombe des apôtres qu’ils viennent prier et confier au Seigneur leur Église diocésaine.
Vous savez que le pape Benoît XVI a proposé à toute l’Eglise une « année de la foi ». Je souhaite qu’elle soit pour tous un affermissement de leur enracinement dans le Christ et de leur mission de témoins. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette année s’ouvrira à Rome en même temps que se tiendra le Synode sur la « Nouvelle évangélisation ».
Que notre prière à Saint Pierre, ce soir, dans cette basilique nous donne cette joie de croire et de témoigner du Christ par une vie de plus en plus donnée.
Amen. †